Les émotions, quelles sont-elles ? À quoi servent-elles ? Quelle place leur faisons-nous ? Quelle place devraient-elles avoir ? Est-il illusoire de penser que nous pouvons les gérer ?

En fonction des situations, des personnes, les émotions peuvent être considérées comme un guide, ou un obstacle. Manifester ses émotions serait alors faire preuve de faiblesse, ou bien d’un manque de contrôle. Les émotions sont annihilées pour laisser la place au factuel. Pour beaucoup, les émotions doivent être contrôlées, maîtrisées, gérées, afin d’éviter tout manifestement intempestif qui ne collerait pas à la situation, ou la personne en face de soi.

Qu’est-ce qu’une émotion ?

L’émotion pourrait s’apparenter à une réaction spontanée, déclenchée par un événement, un signal rapide que nous envoie notre cerveau pour nous adapter à notre environnement. L’émotion peut amener à une réaction physique (Ex : tremblement, crispation, rougeur…) ou bien à une réaction psychologique (changement d’humeur…). Il existe 6 émotions fondamentales : la tristesse, la joie, le dégoût, la peur, la colère, ainsi que le mépris.

Le rôle des émotions - newsletter IEDRS

Une émotion est pourtant une ressource puissante dont nous disposons tous, une ressource intime, universelle, intemporelle. Une émotion ne doit pas être gommée au profit de… elle doit être entendue, prise en compte pour une raison simple : qu’importe l’émotion que nous éprouvons, elle répond à un besoin, l’émotion doit être vue comme un guide.

 Prenons l’exemple de la peur :

La peur déclenche en nous des réactions physiques qui nous permettent d’être plus efficace en situation de danger. Notre vision s’affine, nos réflexes sont plus vifs, nous sommes plus puissants et sommes moins sensibles à la douleur. Notre corps réagit au mieux, en fonction de ses capacités, à combattre ou nous faire fuir.

Quel est le risque de ne pas écouter ses émotions ?

Nier ou fuir ses émotions, c’est ouvrir la porte aux frustrations quel qu’elles soient, puisque le besoin auquel répond l’émotion n’a pas été écouté. Ainsi, sur un même sujet, un même événement, une même situation les petites frustrations vont s’accumuler. Vous connaissez sans doute l’ expression suivante « je vais exploser ». Les sentiments et réactions vont progressivement s’amplifier, mais surtout devenir disproportionnés dans une situation analogue à toutes les autres et qui individuellement ne méritait peut-être pas une explosion de colère à un moment où « la coupe est pleine ». La réaction est alors trop forte pour la situation présente et analogue aux autres, mais elle est totalement adaptée à toutes les autres situations où les émotions n’ont pas été entendues, et qu’elles ont été écartées. Il est dommage d’en arriver à cet extrême, alors même qu’une solution aurait pu être trouvée de façon efficace au lieu d’attendre qu’il ne soit trop tard. Les ressources nécessaires à rattraper une situation présente mêlée à toutes les situations antérieures nécessitent ainsi du temps, de l’énergie et aussi la faculté de pouvoir retourner en arrière.

L’être vivant est doté d’une âme, d’une conscience ; ainsi dans la « gestion des  ressources humaines » qui existe à ce jour, cette partieLe rôle des émotions - newsletter IEDRS qui n’est aucunement niée de l’être vivant est mise de côté.

RH, managers, toutes personnes collaborant en équipe ou encore donneur d’ordre, vous ne pouvez mettre de côté cet aspect, mais il faut avouer que ce n’est pas facile et vous avez un bon prétexte à cela :

Pensez à un enfant en bas-âge, celui que vous avez été. Quelles que soient les émotions que vous avez ressenties, la colère, la peur, le plaisir, elles entraînaient chez vous des comportements dérangeants pour les autres et notamment les adultes.

Exemple du plaisir :

L’ enfant est tellement content qu’il s’anime, crie, court partout. Il n’a pas encore appris à mettre des mots sur ce qu’il ressent, il vit et exprime son émotion, qui le fait agir. Pour l’adulte, l’enfant doit apprendre à maîtriser son émotion, pour rendre la petite personne qu’il est conforme aux règles de vie en société. On lui demande de réprimer son non-verbal, et d’avoir un comportement moins dérangeant pour les autres. L’enfant va apprendre à étouffer en société ce qui l’anime, alors même que dans son cocon familial on lui laissera peut-être plus de liberté. Voici un paradoxe intéressant, mais qui est un autre sujet… L’enfant va ensuite apprendre à s’exprimer et on va lui demander de mettre des mots sur ce qu’il ressent.

Peu à peu, l’enfant apprend à vivre davantage en société et apprend qu’il vaut mieux cacher ses émotions, parce qu’elles ne répondent pas aux critères du vivre-ensemble. Il oublie ce guide et au lieu d’apprendre tout jeune à le comprendre, l’adulte se construit un mur, il s’enferme dans sa grotte.

Pourtant, le bien-être collectif passe obligatoirement par le bien-être individuel, par la prise en compte de l’homme, de ce qu’il est. Il n’est pas besoin d’être psychologue, il est seulement nécessaire de se comprendre soi-même, pour comprendre l’autre, il est nécessaire de replacer l’échange, dans la communication que nous avons.

Peut-on maîtriser une émotion ?

Une émotion comble un besoin. L’émotion transmet un message. L’émotion est le résultat de la perception qu’à une personne d’une situation.

Exemples :

« Votre collègue vous agace, car il fait un foin d’une broutille, quant à l’autre, il ne prend pas l’ampleur de la gravité de son erreur. C’est incroyable de voir comme lui baisse les bras si facilement alors même que vous mettez une énergie folle sur ce même projet. »

Le rôle des émotions - newsletter IEDRS

Dans cet exemple, vous et votre collègue ne traitez pas le travail de la même façon, lui est complètement détaché et vous êtes complètement stressé. Pensez-vous que si cette personne vous demande de vous calmer, vous allez vous calmer pour autant ? Vos comportements ne sont pas les mêmes, les sentiments que vous éprouvez à ce moment-là ne sont pas les mêmes, les émotions que vous ressentez ne sont pas les mêmes, et pourtant, c’est ensemble que vous allez devoir travailler sur ce projet.

Vous ne maîtriserez pas une émotion, mais vous pouvez apprendre à la reconnaître à la comprendre, à analyser le sentiment qu’elle vous procure (Exemple de l’émotion de la peur : peur d’un chien, sentiment qui s’est développé à la vue des chiens : insécurité, comportement : fuite et hurlement). Votre comportement est la résultante de votre émotion.

Il n’existe pas de solution miracle, car les émotions sont nécessaires. L’enfant les exprime par le non-verbal, parce que c’est ce qu’il sait faire le mieux. L’adulte doit apprendre à les retrouver, les reconnaître, à entendre ses besoins et doit être en capacité de savoir les exprimer verbalement et corporellement à bon escient.

“Autrui, c’est ce moi qui n’est pas moi” Sartre
Formations en médiation

Que ce soit l’initiation à la médiation, médiateur praticien ou consultant médiateur, ces 3 formations abordent l’aspect émotionnel indéniable des conflits. Ne pas accepter cet aspect émotionnel, c’est ne pas comprendre le conflit, ne pas savoir le traiter, ne pas savoir le prévenir. D’ailleurs, remarquez bien qu’ici, nous n’utilisons jamais le terme « gérer les conflits », avec nous, vous apprenez à « les traiter ». Plus vous avancez dans cette formation, plus vous apprenez à décoder les conflits, et surtout vous apprenez à savoir questionner votre interlocuteur à bon escient, vous apprenez à aller chercher ce qu’il ne réussit pas à dire. Vous apprenez à libérer l’autre de son émotion. Notre mission : vous faire comprendre qu’il ne devrait pas y avoir de médiation spécialisée, car le médiateur travaille à renouer une communication interrompue, qu’elle qu’en soit la raison, l’histoire compte, mais le médiateur n’est pas là pour l’histoire, il est là pour être le trait d’union entre les personnes.

Formation Communication non-verbale : décoder les comportements corporels

Parce que l’on nous a appris depuis tout jeune à taire nos émotions, qu’il devient difficile de percer ce qui se cache derrière des échanges. Notre instinct nous amène à remarquer inconsciemment du non-verbal chez l’autre, et nous amène à interpréter celui-ci, c’est pourquoi parfois, nous avons le sentiment qu’un tel nous regarde de travers, qu’il ne semble pas intéressé par ce qu’on lui dit… Apprendre à décoder ce que l’autre ne vous dit pas, c’est notre mission. L’intention n’est pas de trouver les « menteurs » dans votre entourage, mais bien de savoir déceler les informations que l’autre ne vous dit pas pour aller, par le questionnement, chercher la vérité et ne pas l’interpréter. Celui qui ne vous regarde pas ne vous déteste pas, il a peut-être ce matin même appris une nouvelle qui l’affecte.

Formation Process-Com

Vous êtes-vous déjà demandé pour quelles raisons cette personne « vous ne la sentez pas », pour quelles raisons avec cette autre « le feeling » est passé immédiatement ?

Pourquoi votre comportement, votre façon de communiquer diffère d’une personne à l’autre. Pour quelles raisons la personne que vous étiez 10 ans en arrière n’est plus la même aujourd’hui, que ce qui vous faisait vibrer dans votre travail auparavant, n’a plus la même priorité aujourd’hui ?

La process com identifie 6 types de personnalités, qui n’ont pas le même fonctionnement et pas la même façon de communiquer. Cette formation vous permet de savoir comment vous identifier de façon précise, mais également de pouvoir identifier les types de personnalités de vos collaborateurs. Notre mission, vous accompagner à vous connaître, vous permettre d’adapter votre communication avec les autres et ainsi d’établir des relations sereines.

Formation comportement savoir être pour savoir faire

Stress, burn-out, harcèlement, mal-être… ce sont là les maux que les dirigeants cherchent à endiguer de leur entreprise à coups de formations et d’outils standardisés, afin d’aller vers une programmation de la performance, la productivité, la rentabilité… sous peine eux-mêmes de se retrouver dans ces situations de stress, burn-out, harcèlement…

Si nous comparions l’entreprise à un corps humain, ces termes seraient synonymes des symptômes, si un organe du corps humain ne fonctionne plus, tous les autres en seront impactés, c’est une réaction en chaîne indéniable. Et avant même de trouver la cause de ces symptômes qui s’instaurent progressivement, mais sûrement, voilà les outils miraculeux qui s’apparentent à un traitement pharmaceutique venant éradiquer les symptômes. C’est cependant oublié que les symptômes ne sont que les effets de la maladie, le traitement ne la soigne pas, il met en sommeil les symptômes. Travailler seul sur celui-ci ne remettra pas à l’équilibre le reste du corps. Mais qu’à donc pu amener cet organe à dysfonctionner ? Il est certain qu’il n’y a pas eu de virus extérieur amenant ce dysfonctionnement. Il s’agit bien d’une raison interne. À la base de ces symptômes que sont le stress, le mal-être… Un individu qui n’a pas dit, qui a mal vécu une situation, qui a subit un choc émotionnel qui lui est propre, il se sent mal dans une situation qui n’est pas pris en compte par les autres. Une personne qui se sent seule, qui n’a pas exprimé, qui a mal exprimé, qui n’a pas compris, qui a mal compris…

Notre mission : ne pas proposer une formation miraculeuse, mais proposer une formation efficace, qui met chaque personne face à elle-même, à son comportement, à comprendre les déclencheurs de sa souffrance ou de celle qu’il peut faire inconsciemment aux autres. Le collectif passe par l’individuel et le meilleur outil pour aider chacun d’entre nous, c’est la prise de conscience libre et personnelle que nos certitudes font parfois du tort à nous-mêmes et aux autres.

Share Button