Le libre arbitre est la capacité à faire un choix de manière totalement libre, sans influence extérieure, cependant une récente étude vient proposer quelques arguments intéressants qui vont dans le sens du déterminisme.

 

Selon Jacques Balthazart, chercheur et directeur du Groupe de Recherches en Neuroendocrinologie du Comportement (Giga-Neurosciences) de l’université de Liège, l’homosexualité serait innée et non acquise, c’est-à-dire, l’homosexualité serait génétique et ne relèverait pas d’un choix ou d’une déviance psychologique.

Nos comportements seraient alors programmés, et seraient simplement  le fruit de combinaisons complexes de nos cellules …nous ne choisissons pas, nos choix sont dictés par des logiques scientifiques, nous nous approchons de la fiction, il suffit de regarder le film Ex-machina ou la série Westworld pour s’en convaincre.

La reproduction humaine fait partie de cette analyse sur le déterminisme, l’homme a besoin sinon de se reproduire au moins de démontrer qu’il en est capable ; c’est purement inscrit dans nos gènes.

Le livre d’Antonio Damasio « L’erreur de Descartes » laisse rêveur quand à notre libre arbitre , il suffirait de modifier tel ou tel comportement rien qu’en modifiant certaines parties de notre cerveau. Ce qui tend à démonter que nous sommes bel et bien programmés, programmables et déprogrammables…..

Un beau sujet de réflexion pour les spécialistes des comportements, les psychologues et les médiateurs qui pourront débattre sur leur réelle et concrète action pour apaiser des situations.

(Crédit photo : Vectorarte / Freepik)